[Film] Skyfall (ou plutôt James Bond et moi)

de Sam Mendes, 2012

(Si vous n’êtes intéressés que par mon avis sur Skyfall, n’ayez pas peur de descendre, par contre il y a un petit peu de spoilers)

Les choses ont changé, mes farfadets.

Il y a deux ans, juste après avoir vu Quantum of Solace, j’avais fini sur « vivement que Daniel ait fini son contrat « . Je ne reprochais rien à Daniel Craig spécifiquement, mais j’avais quand même hâte qu’on passe au suivant.

Maintenant rembobinons un peu.

Je ne me rappelle absolument pas du premier James Bond que j’ai vu, parce que ces films ont toujours été là, en quelque sorte. Chaque fois qu’un des films passe à la télé, mon père regarde ça, et depuis fort longtemps je les regarde avec lui (maintenant moins, je sélectionne), et je ne m’endors pas, moi.
Cependant, il y a sans aucun doute un moment-clé dans ma fanitude de James Bond, celui où j’ai vraiment commencé à m’y intéresser sous un autre angle (l’âge n’y est pas pour rien, parce que les blagues à sous-entendu sexuel, quand t’as 10 ans, tu tiltes pas vraiment)(enfin pas à mon époque ;o). Un jour j’ai vu Goldeneye. Je devais avoir 11 ou 12 ans, puisqu’il est sorti en 1995 et que c’était à la télé donc plus tard. Je sais que ce n’est pas le plus Bondesque et qu’il a marqué le passage du film d’espionnage au film d’action, et je préfère les films d’espionnage à vrai dire. Mais je me suis vraiment amusée pendant ce film, et il faut croire que c’était la première fois que c’était autant le cas.
J’ai adoré Pierce Brosnan, j’ai adoré Famke Janssen, j’ai adoré les répliques à la con (JE SUIS INVINCIBLE !) et les moments de tension (le stylo détonateur, QUI D’AILLEURS – non on en reparlera), j’ai trouvé Xenia très différente des adversaires précédents et je trouvais ça intéressant que James soit pris à son propre jeu. Xenia est la meilleure BAMF des James Bond, à mon  humble avis. Bon ok, elle est morte, mais James est plus badass qu’elle.
Notons que très tôt, Au Service Secret de Sa Majesté a été celui que je trouvais le plus nul, ce qui fait qu’à ce jour, je l’ai vu une fois et demie.

Le premier que j’ai attendu avec impatience puis vu au cinéma, c’était Meurs Un Autre Jour. Pierce Brosnan commençait à vieillir, mais je n’en ai pas moins souffert pendant le générique de cet opus. J’ai aussi souffert un peu quand James se tape Jinx et qu’on en voit beaucoup plus que d’habitude (ce qui était un choix délibéré, pour accentuer le côté « retour à la vie après avoir été enfermé pendant longtemps). Je connaissais déjà la chanson de Madonna par coeur, c’était l’époque où je l’admirais encore. J’ai la BO du film ET l’album de Madonna où la chanson apparaît. J’ai lu des tas d’articles sur le film. J’ai essayé de repérer toutes les références faites à l’occasion des 40 ans de la franchise.
Bref, mon côté fangirl commençait à se voir.

Puis Daniel Craig.

Je n’ai pas été d’accord avec ce choix, je vais pas épiloguer encore une fois là-dessus, mais ça ne m’allait pas et je ne suis pas allée voir Casino Royale au cinéma, confortée dans ma décision par quelques avis.
Puis je l’ai vu en DVD. Et là, c’est le drame. Mon côté fangirl s’est tout de suite calmé. Grosse déception. Un peu de colère. Au point que quand Casino Royale est passé à la télé, j’ai eu quasiment la même réaction que quand un des Twilight passe à la télé. C’EST DIRE. Attendre des années pour ce machin qui n’a rien à voir avec James Bond, ça fait mal. J’ai beau avoir compris et adhéré à ce « reboot », même en prenant ça en compte, ce film me sort par les yeux. Je l’ai quand même vu deux fois en entier. Je crois. Oui.

Après avoir vu Quantum of Solace (encore en DVD), je me suis un peu calmée, et je ne regrette pas d’avoir acheté ce DVD (je n’ai pas celui de CR et je m’en fous). J’étais tout juste assez réconciliée avec la franchise pour attendre le prochain avec impatience.

Les James Bond movies n’ont à mon sens pas vocation à être de grands films. Ils ont vocation à perpétuer une tradition en s’intégrant dans leur époque. Les grands films sont éternels (comme les diamants), intemporels. Quand vous reverrez Virgin Suicides dans 20 ans, ce sera encore génial. Alors qu’un James Bond, on les aime encore 20 ans après parce qu’on le connaît, parce qu’il y a des plaisanteries douteuses et des répliques qui font ricaner, et aussi parce qu’il y a un côté kitsch. Et ce qui est kitsch maintenant l’était forcément moins quand le film est sorti. D’autre part, les JB utilisent les craintes du moment. Que ce soit les communistes de Russie, ceux de Corée, un magnat de la presse complètement mégalo, ou les hackers carrément issus du camp des gentils avec un goût prononcé pour les explosions déclenchées à distance, à chaque fois la menace que James affronte aurait du mal à être radicalement déplacée dans le temps, malgré quelques exceptions.
Je dis tout ça pour en venir au fait qu’il y a des « contraintes » à respecter.
James est plutôt misogyne, c’est un fait. On peut trouver des racines à ça dans les films les plus récents, mais soyons honnêtes, les livres datent des 50’s et le premier film date de 62. On ne peut pas dire que l’époque était propice à des films d’hommes où les femmes ont le contrôle sur quoi que ce soit.
Cela étant dit, ce n’est pas une excuse pour les films sortis après… 1990, disons.

Et donc j’ai raconté tout ça parce que dans Skyfall, c’est un des rares reproches que j’ai à faire, même si, en réalité, je comprends ce choix. Ça manque de meuf, me suis-je dit à un moment très précis impliquant des pistolets anciens et des verres de scotch.
Il n’y a pas vraiment de James Bond girl dans Skyfall, si ce n’est M. Notre frenchie, aussi belle et touchante qu’elle soit au casino, ne sert qu’à une seule chose. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’on se croirait dans un vieux JB, parce qu’ils ne lui ont même pas donné un semblant d’importance, et on ne la voit pas tant que ça à l’écran, j’ai l’impression.
Quant à Eve, je n’ai pas vraiment de problème avec le rôle qu’elle a dans ce film, je trouve juste que ça ne colle pas. Est-ce que la mettre sur le terrain était le seul moyen de la rendre plus moderne en tant que personnage féminin ? Je ne crois pas. C’était valable dans les 90’s et éventuellement dans les années 2000, mais en 2012, il y avait plus subtil. Même si je n’ai pas eu l’impression que sa capacité à conduire et à tirer aient été traitées de façon à la discréditer, il n’en reste pas moins que le début du film repose sur une « erreur » qu’elle a commise. Et surtout, là où moi je vois quand même un problème, toute vendue à James que je sois, son insistance sur cette erreur était too much. Qu’il fasse une réflexion quand il la revoit, d’accord, le reste on pouvait s’en passer. Il y avait forcément un meilleur moyen de créer des liens forts entre eux.
Ce qui était très intéressant, c’était M. J’avais entendu un seul pitch sur le film, disant que James allait découvrir la face cachée de M, et je ne sais plus quoi qui m’a fait penser qu’il allait plus ou moins affronter M. C’était n’importe quoi. On apprendrait que M place son boulot avant tout le reste même si elle tisse des liens indéniables avec certains agents, dont James Bond ? Bitch, please. Quant à James, il fait preuve d’une loyauté sans faille, et il n’est pas impossible que ce soit un peu ringard dans un autre film, mais je m’en fiche. Un peu de confiance dans un film d’action, c’est cool.
D’autre part, toujours par rapport à M finalement, je sais que ce passage du MI6 au tribunal n’a pas plu à tout le monde, mais c’est à mon sens typiquement un de ces éléments qui fait que le film respecte l’intégration dans son époque. On a quand même le siège du MI6 qui a explosé, au vu de tout un chacun. Le monde entier l’a vu. Un bâtiment qui est supposé disposer d’une sécurité parmi les meilleures du monde. Dans le monde dans lequel on vit, l’absence d’enquête interne serait plutôt étrange.
Plus globalement, j’ai beaucoup beaucoup aimé ce film. Je me suis pas ennuyée une minute, mes paupières n’ont même pas menacé de se fermer alors que j’étais à deux doigts de m’endormir dans mon fauteuil avant le début du film (la BA du Hobbit avec Aidan Turner m’a bien réveillée, je dois le dire). Visuellement je l’ai trouvé beau. Que ce soit dans la tour à Hong Kong (si je me rappelle bien), l’arrivée au casino de Macao, ou en Écosse, je trouve qu’on a une esthétique dans celui-là que je ne me rappelle pas avoir vu avant.
J’ai énormément apprécié cette impression de commencer à revenir à ce que j’aime dans les James Bond pré-Goldeneye. Moins de grosses explosions à la Michael Bay (oui, je sais, il y a la fin, mais bon, je vous parle d’une impression globale), moins de coups de feu inutiles, etc.
D’ailleurs, quand le nouveau Q (gniiiii) donne son matos à James, il annonce la couleur. Sans compter la phrase qui revient au moins deux fois, selon laquelle en gros, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes. C’est valable pour James, puisque malgré ce qu’on lui dit, c’est en fait le premier chapitre d’une nouvelle ère pour lui (je rappelle que Casino Royale et Quantum of Solace forment l’introduction d’un semi-reboot, puisque c’est là qu’il devient 007 et qu’il obtient le PERMIS DE TUER *cymbales*), mais c’est aussi valable pour les accessoires. Que ce soit la radio ou la voiture, ou même le manoir qui en lui-même est vieux, mais où en plus on trouve un « vieil ami » pour aider une M sur le point de prendre une retraite forcée, on utilise des méthodes bien rétro avec des clous et de la dynamite et on sort par un tunnel secret. Le tout armé du fusil de papa.
Ce film parle énormément d’âge et de retour vers le passé, c’est vrai. On rappelle régulièrement à James ou au spectateur que James se fait vieux, c’est vrai. Sans aucun contexte, c’est pas le genre de sujet dont je raffole, mais là il s’agit de ne garder que le meilleur de l’âge. Et traiter cette problématique dans un James Bond juste après un reboot, juste après deux films « introductifs » très moyens, et pour fêter les 50 ans de la franchise, je trouve ça parfait. Je trouve que ça permet de reprendre un vrai départ sur ce qui nous attend pour la suite.
En parlant de reboot. C’est un peu confus sur ce point, dans Skyfall. Je connais pas les goûts de Sam Mendes ni l’étendue exacte de son influence sur le film (je sais qu’il est réalisateur, mais dans une franchise comme ça…), mais on sent le film de fan pour les fans, avec cette multitude de clins d’oeil (dès le générique, d’ailleurs). J’ai adoré cet aspect, vraiment. Le problème que ça me pose malgré tout, c’est qu’on est sensé être sur une autre timeline que tout ce qui est sorti avant Casino Royale, et pourtant, on y fait référence. Une timeline où James pourrrrrrait être bisexuel, vont-ils creuser cette évocation dans les prochains films ? Je trouverais ça intéressant. Mais ça peut aussi être juste une répartie toute naze de sa part, ça ne serait pas la première fois.
On se croirait dans des comics. Mais j’aime aussi les comics, alors je m’en fiche, je commence à avoir l’habitude. Et puis c’était les 50 ans, merde.

Tout cela fait que j’ai passé un excellent moment, je suis totalement réconciliée avec la franchise, j’ai déjà hâte d’avoir le DVD et de revoir le film, ainsi que ses scènes coupées et tout le tralala.
Vivement qu’on revoit Daniel.

PS: Notez quand même que mon James Bond préféré est Pierce Brosnan, mais celui que je trouve le meilleur est Sean Connery, bien sûr. Mais il est hors classement, en fait.

7 réflexions sur “[Film] Skyfall (ou plutôt James Bond et moi)

  1. C’est marrant parce qu’on a exactement la même analyse du film (publié le même jour ! lol) et par contre mon James Bond que j’aime le moins c’est Pierce ! Comme quoi ! 😛

    1. J’ai vu que t’avais publié le tien et ça m’a rappelé que j’avais promis d’en faire un (je pensais pas qu’il serait aussi long ><), mais du coup je vais aller lire ton article, maintenant.
      Et puis, bon, je conçois parfaitement que Pierce Brosnan ne plaise pas à tout le monde, mais George Lazenby est quand même le pire, non ?

      1. Honnêtement celui avec Lazenby je ne l’ai pas vu ! Mais rien qu’à voir sa tête ça ne me donne pas envie ! De toutes façons comme tu dis le top hors compétition c’est Sean. Et pour moi après y a Daniel ! 🙂

        1. Ah ! Tout s’explique.
          Je plussoie pour Daniel. J’ai oublié de dire un truc dans mon article à propos de lui d’ailleurs. Je pense que depuis le début il incarne un Bond plus comme ceux du début, avec une carapace plus épaisse et tout, sauf que dans les précédents, ça ne collait pas aux films. Dans Skyfall, son jeu correspond au film et ça change tout.

  2. C’est marrant, on n’a pas DU TOUT la même approche des James Bond, sans doute parce que je m’y suis mise sur le tard et surtout en commençant par les livres. Et donc pour moi Casino Royale était extraordinaire, parce que je retrouve l’esprit des bouquins, et de même pour Aux Services Secrets de Sa Majesté, qui est le plus fidèle à la trame du roman (faut noter que je n’ai pas _encore_ vu tous les films, et notamment pas Goldeneye, qui m’avait été déconseillé par la personne qui m’a fait découvrir le monde de Bond et qui trouvait que ça ne correspondait pas du tout à la série).

    En revanche, j’ai adoré Skyfall tout comme toi. Le scénario était très bien construit, et j’aime beaucoup ton analyse sur « Bond prend de l’âge mais on en garde le meilleur ». Pour ce qui est de la timeline, je ne considère pas vraiment Casino Royale & Quantum of Solace comme des reboots à part entière, en fait pour moi ça fait partie de ce côté un peu étrange et jamais expliqué de la série des films, que j’appelle maintenant le côté Timelord de James Bond : il change d’interprète, et un peu quand même de personnalité, on garde globalement la même histoire avec des références aux épisodes passés parfois très ambigus (je pense au « tiens ça ça n’arrivait pas au précédent » de Lazenby), mais on SAIT que ce n’est pas logique non plus. Après tout, même dans ce que tu appellerais l’ancienne timeline, James Bond vieillit, notamment sous les traits de Moore, puis reprend vie et jeunesse grâce à Timothy Dalton (mon préféré avec Craig), et ainsi de suite… donc pour moi « reboot » ou pas, après Casino Royale, on reste dans cette ambiguité où le passé de James Bond – les films et le personnage – peut être plus ou moins mentionné, tout en sachant qu’en fait ce n’est pas vraiment le même.

    1. Quand je parle de reboot, c’est pas juste mon impression ou parce qu’ils ont repris le premier livre, c’est vraiment le but. Entre autres à cause du 11 septembre 2001, ils savaient pas trop quoi faire après, du coup ils ont recommencé.
      Et sinon, pour GoldenEye, je suis assez d’accord avec la personne qui t’a dit ça, malgré tout. Même complètement d’accord. Moi c’est celui qui m’a fait voir Bond différemment celui avec lequel je suis vraiment rentrée dans le jeu, donc je l’aime plus que les autres, mais c’est vraiment un film d’action, même si c’est un bon film d’action.

    2. Ah et j’oubliais, je vois aussi Bond comme un Timelord, et les petites incohérences ne me gênent pas vraiment. J’aime beaucoup que chaque acteur apporte sa touche personnelle au personnage, ça permet de découvrir un peu plus Bond et l’acteur.

Ajouter son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s