Sea, sex and rain

(Ouais enfin, pour le sexe, pas pratique ce choix pour le Irish Day 2011)

En ce 14 août, j’ai choisi Skulduggery Pleasant comme homme du jour. En français Skully Fourbery.

sp_australian_1024x768

Oui, c’est un squelette. (ce fond d’écran est à Sydney, je suis un chouia contrariée, m’enfin c’est mieux que rien)(et puis j’en ai d’autres)

Skulduggery Pleasant est – selon sa relation avec le pouvoir en place et les circonstances – soit Inspecteur, soir détective privé.

Il parle couramment le sarcasme, ce qui est sans doute la base du crush, en ce qui me concerne.

Et là voyez-vous, je me dis, que ce qui fait son charme, ce sont surtout ses défauts. Je suis incapable de lui trouver d’autres qualités précises, mis à part le fait qu’il soit très malin (et je choisis mon mot).
Il est un peu arrogant, il est plus téméraire que courageux (mais il est aussi chanceux)(Enfin… Non, c’est pas de la chance, sinon les plans fonctionneraient).
Il n’est pas du genre à copiner en 2 jours et la relation qu’il a avec Valkyrie, sa protégée forcée (elle avait déjà la tête dure à 12, la petiote ;o), a mis un certain temps à atteindre ce niveau de confiance. Et je parle plutôt de confiance en ses capacités.

Dernièrement, le personnage a quitté l’image de héros dont les petits défauts sont marrants. A mon avis, il commence à partir en cacahuète. Ce qui serait compréhensible, surtout après le tome 3. Pour faire court, on réalise que le principal moteur de Skul’ était la vengeance. On ne peut pas dire que ce soit sain quand on participe – malgré soi ou non – à l’éducation d’une ado. Personnellement, qu’il fait un peu n’importe quoi avec elle, depuis ce même tome 3, et je ne suis pas la seule à le penser, il s’est fait réprimander.

Skulduggery a bien sûr une longue histoire derrière lui, ayant à peu près… plus de 250 ans, me semble-t-il. Skul’ avait une famille, Skul’ a participé activement à la guerre contre Mevolent, et Skul’ n’a plus eu de famille, et il est mort.
Ensuite il était un squelette.

wallpaper-one-1024-768

A partir de là, il semblerait qu’il se soit calmé avec le temps, mais tout est relatif. Très relatif. Ce n’est pas pour rien qu’il n’est pas complètement mort.

Skulduggery se contrefiche des règles, pourvu qu’il arrive au résultat qu’il veut. Des fois c’est une bonne chose, des fois pas.
En conséquence, il a plus d’ennemis que d’amis, et ce des deux côtés de la loi, même si sa qualité d’Inspecteur/détective est tout à fait reconnue. Cela étant dit, ses amis sont de vrais amis.

J’aime beaucoup comment il a évolué par rapport à Valkyrie, c’est très paradoxal. D’un côté il la protège plus qu’avant, d’un autre côté, ce qu’il estime être un danger n’est pas toujours ce que nous, on penserait.
Je suis aussi très intéressée par sa relation avec China Sorrows, la bibliothécaire qui est bien plus qu’une bibliothécaire. Je les shippe. Ils iraient bien ensemble. Même si les dernières révélations (enfin là où j’en suis) mettent légèrement cette hypothèse en péril.

I WILL GO DOWN WITH THIS SHIP !

Voilà. J’espère que je vous ai donné envie de lire ces livres, parce que malgré le 9+ sur la couverture, je pense que si on aime ce genre de littérature avec de la magie, des boules de feu et des squelettes qui parlent, et des zombies, et des vampires, ça vaut très certainement le détour quel que soit l’âge. Et l’Irlande, quoi. Bon.

5 réflexions sur “Sea, sex and rain

Ajouter son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s