Le mardi c’est raviolis

Aujourd’hui je fais une pause dans les vrais articles.

Je vous cache pas que depuis un certain temps, sauf journées exceptionnelles, je suis pas d’humeur joyeuse, et paradoxalement, depuis jeudi dernier, c’est encore pire.

D’abord, vous en conviendrez, être dans l’expectative si proche du but, ça fout les nerfs en pelote. Vous vous dites peut-être que je dois être tendue comme un string. Et c’est pas faux. Je dois à la fois commencer à préparer l’éventualité d’un départ très rapide, sans pour autant me monter la tête et me faire trop d’illusions. Pour l’instant j’y arrive, mais c’est parce que je suis trop déprimée pour oser imaginer que je pourrais effectivement arriver à avoir ce que je veux. On peut pas tout avoir.

Ensuite, je m’étalerai pas sur ce sujet-là, on n’est pas sur skyblog, mais j’ai déjà un trou dans la poitrine, et l’idée de partir encore plus loin ne m’enchante pas plus que ça, de ce point de vue là.

Et puis ça y est, Petite Etoile est partie au pays de la Paella et des taureaux. Je la reverrai pas avant décembre, a priori, et encore, on ne peut pas être sûres.

Franchement, habiter à la campagne, c’est surfait. Surtout sans avoir le permis, merci bien (encore un truc avec lequel je me débrouille comme une merde). Non seulement je ne peux pas aller voir mes copines/copains qui sont géographiquement proches (tout est relatif)(enfin y’en a qui sont vraiment pas loin), mais en plus, celles qui sont loin ne sont pas trop chaudes/dispo pour venir dans mon trou perdu. Sauf que je n’ai pas la possibilité de prendre le train jusqu’à Paris/Strasbourg à chaque fois que je ressens le besoin de les voir. Et je dois avouer qu’il y a des périodes où ça m’emmerde de préparer toute une expédition alors que ça marche toujours dans le même sens.

Tout ça pour dire, que la principale raison pour laquelle j’espère aller outre-Manche, curieusement, c’est pour me sentir moins seule.
Déjà je vais être obligée de faire connaissance avec des gens, et je dois avouer que c’est le genre de chose dont j’ai besoin en ce moment (d’ailleurs si vous voulez commencer une relation amicale épistolaire, je suis open ^^). Découvrir quelqu’un, ça occupe.
Et puis les conditions possibles du départ font que je ne serai pas toute seule, même si je dois attendre quelques semaines (j’espère pas autant ;o). Je développerai plus tard parce que je ne sais pas qui est au courant du projet et je ne veux pas dévoiler le « poteau rose ».

Mis à part tout ça, j’ai un autre souci. J’ai pas du tout d’inspiration en ce moment. J’avais commencé un projet qui me tenait pas mal à coeur y’a quelques mois, et je suis incapable d’écrire quoi que ce soit. Même l’autre projet qui est bien entamé, j’avais eu des idées que je dois mettre en place, je n’arrive même pas à faire ça alors que celui-là, je suis bien installée dedans, il est pas tout neuf. Du coup comme j’arrive pas à écrire, j’essaye de prendre des photos, mais les sujets s’épuisent vite et je suis quasiment jamais contente (et ma petite soeur est un peu trop douée pour une autodidacte, c’est frustrant et pas encourageant)(heureusement, je suis aussi fière d’elle, ça compense).
Je n’arrive donc à rien, au final. Je ne fais rien de constructif. Et ça me fatigue, physiquement.

Et donc avec tout ça, pour rajouter un peu de piment, je n’arrive pas du tout à dormir alors que je suis fatiguée sans arrêt. Et quand vous ne faites rien, les parents ont tendance à ne pas comprendre pourquoi vous êtes fatiguée, ils ont donc la vilaine réflexion facile. Ce qui ne m’aide pas à reprendre du poil de la bête.

En plus cet état me rappelle méchamment une autre période de ma petite vie trépidante, et j’aimerais autant éviter que ça recommence vraiment ou qu’il y ait d’autres conséquences aussi fâcheuses.

Voilà, fin de l’article où je me plains. Si vous avez lu jusqu’au bout, je vous remercie pour votre attention et votre courage ^^.

16 réflexions sur “Le mardi c’est raviolis

  1. Il y a des jours où rien ne va et où on a juste envie de se plaindre ! Moi c’était lundi et j’ai inondé ma TimeLine de twitter avec ca >.< !
    Moi je suis open pour une relation amicale épistolaire, je kiffe ca si ca t'intéresse 🙂 !
    Pour ce qui est des amis loin c'est vrai que c'est ultra frustrant, je fais souvent le trajet pour Paris (car moi aussi je vis dans un coin paumé de la France) ms mes amies me rendent la pareille et viennent visiter mon petit coin paumé ^^ !!
    Cela dit la distance ca soule…

    *hugs* il y aura des jours meilleurs !

    1. Ouais la distance ça craint ;o. Ecrire tout m’a déjà bien soulagée, ça devrait me débloquer jusqu’à la prochaine fois ^^. Et double merci ! (pour la relation épistolaire, ben jte maile très bientôt ^^)

  2. « la principale raison pour laquelle j’espère aller outre-Manche, curieusement, c’est pour me sentir moins seule »

    I know what you mean.

    J’espère que ça ira mieux et que l’inspiration va revenir 😉

  3. Ton billet m’a particulièrement touchée car je ressens beaucoup de choses similaires. Et je connais aussi malheureusement ces épisodes sans sommeil qui ne font qu’empirer le tout 😦
    Alors je te souhaite bon courage, et j’espère que ça va vite aller mieux :o)

  4. ma pauvre selena!! j’espère que tu retrouvera la forme
    Je ne suis pas petite étoile mais tu peux venir me voir si tu veux sa sera avec plaisir!
    sa te remontera peut être le moral!!

      1. ouuuup bêtise!! je voulais mettre que j’aimai l’article french kiss et je me suis trompé d’article
        je sais pas comment on fait pour annuler donc tu seras que je n’aime pas que tu sois déprimé mais que j’aime frederic ^^

  5. T’i,quiète mon coeur. 😉

    Si tu savais les coups qu’on s’est pris avec Gwen comme (mauvaises) surprise hier et aujourd’hui, je t’avoue que Badajoz, je déchante un peu.

    Et je ne vai pas revenir à Noel: je DOITTTTTT revenir à Noel. 😄

  6. Arf, comme je connais ce genre de situation ! Surtout l’excitation qui précède un projet qu’on espère qui se réalisera, on essaye de ne pas trop s’emballer tout en stressant à mort, on ne peut pas s’empêcher d’espérer et pouf, que pouic : / Enfin c’est ce qui se passe généralement dans mon cas, parce que j’espère que ça va marcher pour toi ! Je croise les doigts !

    1. Exactement, ça m’est arrivé aussi avec le « que pouic », donc j’espère ne pas réitérer pour ce départ éventuel.
      Merci ! Et je me répète mais je crois les doigts aussi pour toi !

  7. Hauts les coeurs! C’est toujours plus facile à dire qu’à faire, mais les périodes super pourries j’ai donné, et ça s’arrange, même si on a du mal à y croire quand on est dedans! En plus je ne suis pas trop du genre hyper optimiste, donc c’est vraiment vraiment vrai si c’est moi qui te le dis !!
    Bon courage, je croise les doigts pour tous tes projets !!

  8. Hey!

    Pour le manque d’inspiration je comprends que ça puisse te décourager. J’ai moi-même commencé un projet, un roman pour être tout à fait franc, il peut se passer un mois sans écrire. Ce que je fais quand j’en ai marre de cette situation, c’est que je me fais une petite playlist de musiques qui me filent la patate (Fatboy Slim, les White Stripes, Jimi Hendrix), et je me force un peu à écrire. Si au début le résultat n’est pas génial, ça a le mérite de me faire un peu avancer, et surtout d’avoir du contenu à retravailler 🙂

    Voilà, j’espère que ça pourra t’aider un chouilla.

Ajouter son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s