[Ciné] Me and Orson Welles

Richard Linklater, 2009

Mis à part le titre, ce qui m’a donné envie de voir ce film, c’est Zac Efron. Je vous le dis tout de suite, y’a pas d’ambiguïté, voilà. Je veux dire, il est quand même pas laid ;o.

Mais je ne suis pas là pour parler de lui mais du film.

Dans le New York de 1937, 17 ans, Richard Samuels (Efron) rencontre le metteur en scène Orson Welles (McKay), qui lui offre de façon inattendue le rôle de Lucius dans Jules César, la première production shakespearienne de Broadway, au Mercury Theatre. Welles entretient une liaison extraconjugale avec l’actrice principale tandis que sa femme est enceinte. Richard découvre que l’ambitieuse assistante de production Sonja Jones (Danes) (ils avaient traduit par Danois :)) est attirée par lui.

Welles raconte Richard quelques jours avant la première qu’il est inquiet, parce qu’il n’a pas encore eu de malchance. Il estime que cela pourrait signifier qu’un problème pourrait survenir pendant la première, c’est à dire, qu’elle sera un flop. Pendant les répétitions, Richard déclenche le système anti-incendie, mais persuade Welles qu’il n’était pas responsable, et que de toute façon, c’était la malchance dont il avait besoin.

Welles décide que l’ensemble de l’équipe de production participe à un jeu consistant à tirer au sort le nom de la personne avec qui on passera la soirée (pour Ggl, c’est un jeu d’accouplement, je sais pas vous, mais moi ça me fait penser à autre chose), et Richard cheats (ouais ouais, c’est un mot français apparemment) (triche, pour les non-anglophones) pour s’assurer qu’il passe la soirée avec Sonja. Richard passe la nuit avec Sonja, mais devient jaloux quand elle passe la nuit suivante avec Welles. Il se prend la tête avec Welles, mentionne sa femme enceinte, et il est viré. Une réconciliation apparente suit, et Richard joue sur la première de la pièce. L’adaptation anti-fasciste de César est un énorme succès, mais Richard apprend qu’il est vraiment viré.

Le cœur brisé, mais plus sage, Richard trouve une nouvelle petite amie, un jeune dramaturge en herbe qu’il a rencontré dans un musée au début du film.

trad. de Wikipédia EN, made in Ggl mais améliorée par moi
.

C’est une déception.

Le résumé ci-dessus vous fait pas rater grand-chose, à part la musique. Je ne peux pas dire que le film est mauvais, ni que je me suis totalement ennuyée, mais il manquait vraiment quelque chose. Aucune alchimie entre moi et ce film. C’est très curieux, je me rendais bien compte que le film était bien, mais il ne se passait rien. Je pense quand même qu’il y a un souci au niveau des personnages, j’ai le sentiment qu’on ne les connaissait pas assez, qu’ils manquaient un peu de relief.

Quelques répliques sont assez marquantes. Mais globalement, je pense que même si j’ai lu sur Wikipedia qu’il avait été décrit comme un des meilleurs films sur le théâtre, je suis pas d’accord. Je crois que c’est un bon film sur le théâtre pour les théâtreux. Moi je suis plutôt extérieure à tout ça, et je suis pas du tout rentrée dans le truc.

C’est adapté d’un roman (du même nom) de Robert Kaplow, je ne sais pas si quelqu’un l’a lu, mais le film ne m’a pas donné envie. C’est un peu con, parce que j’ai bien aimé l’histoire finalement.

Ajouter son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s